Accéder au contenu principal

Le pouce de l'assassin, Lawrence Block, (Hit List)

Conseil du jour : "Ch... et manger au même endroit, vaut mieux pas"...
Un vrai bout-en-train ce Keller... Toujours prêt à faire des facéties aux quatre coins des States. Boston, Louisville, New York, Chicago... Philatéliste et amateur d'art à ses heures, une passion pour Hopper, la nature et les arbres, les chiens, l'ésotérisme, que sais-je encore? Il serait paraskevidékatriaphobique que ça ne m'étonnerait pas. Un vrai cornet à surprises le bonhomme. Mais ces temps-ci Keller a le blues. Et pourtant ce n'est pas le genre de type à se laisser déborder, croyez-moi! Or, depuis qu'il a fait escale dans le Midwest, ce n'est plus le même homme. Il faut dire que quand on te colle sous les yeux une photo de la petite famille du type que tu dois buter, quand on te file un .22 au cas où, et que ce putain de .22 s'accroche désespérément à tes baskets, quand on te fait le coup du prénom à ton arrivée à l'aéroport, quand on... Eh bien, faut pas s'étonner que tes neurones commencent à danser la gigue.
Mesdames et messieurs : "Keller mène l'enquête".
Si c'est pas malheureux. Business, concurrence déloyale. Les amateurs de marketing sauvage vont se faire plaisir. Etudes de marchés en règle, analyse de la concurrence. P..... de job! Faut tout faire dans c'te taule : vendre, produire et faire le SAV. Et s'il te reste un peu de temps, tu passeras un coup de balai sous le tapis... Non j'vous assure y a de quoi se mettre en rogne.

Mon avis à la sauce Maggie : un travail intéressant!... C'est...comment dire?... Différent. Trop de longueur, un peu tiré par les cheveux, bref pas ma tasse de thé. Mais, tout bien considéré le volume est bien ficelé. Et lentement, très (trop?) lentement, au prix de dialogues interminables avec tanty Doty (ça gâââche un peu le ciment), l'auteur nous propulse dans le monde merveilleux de Keller.
Travail honnête.
Ma note : 3. La porte n'est pas fermée.
Remarque : selon M'sieurs Calmann-Levy "un des meilleurs romans de L.B dans la série Keller". J'ajouterai : "mais on ne peut pas plaire à tout le monde!" pas vrai Keller? Et conclurai par la même occasion, en disant que deux balles de .22 valent mieux qu'une. Mettez-vous ça dans le crâne! Ah oui j'oubliais... Pour le pouce, au temps pour moi! 

Posts les plus consultés de ce blog

Bois mort, James Sallis

"Les instruments sont faits pour qu'on en joue. Tout comme les vies pour être vécues." - Bien dit, bl∆d ! - Ouais ben, alors là, moi j'ai rien dit sur ce coup-là !  Faudrait pas tout me mettre sur le dos. le fauteur  c'est Turne u r  . / La troisième lecture est réalisée à voix haute, pour bien ressentir le goût de chacun des mots proposés dans le texte ( le .mp3 est disponible mais non diffusé ). Une urgence. Le dossier est sérieux. Dans le sens, à ne pas prendre à la légère. Une écriture à plusieurs branches. Beaucoup de mortes. Mais quelques vives encore. On se raccroche où l'on peut... et surtout comme on peut. Parce que ça ne se voit pas comme ça, mais dans les tuyaux internes de John Turner, il y a un fichu bazar. Et on comprend vite que l'"agence de voyages" qui l'accompagne n'a pas investi ces dernières années dans la sécurité de ses passagers. C'est flagrant ! Que dire penser de tout cela alors ? Que les in

Dossier clos : l'affaire Charles Auguste Dupin

BIBLIOGRAPHIE de Charles-Auguste DUPIN Personnage créé en 1841 par Edgar Allan POE – Américain – (1809-1849) Chevalier Charles-Auguste Dupin est un détective amateur. Aristocrate désargenté d'origine française issu d’une excellente famille illustre, mais ruinée, c'est un noble fauché. Il vit sous le règne de Louis-Philippe. Fait la connaissance d'un jeune américain dans un obscur cabinet de lecture de la rue Montmartre. Celui-ci deviendra son narrateur. Ils vivent en cohabitation dans une maisonnette qui passe pour hantée faubourg Saint-Germain. Le Chevalier occupe le troisième étage aménagé en cabinet d'étude. Célibataire très cultivé, son seul luxe : l'amour des livres. Pendant le jour il vit reclus chez lui, volets fermés, lisant, rêvant, fumant, jouant avec son ami au whist.  Dupin adore la nuit.  Noctambule et nyctalope, dès la nuit tombée il sort avec son assistant pour parcourir les rues de Paris.  Il est en très bon terme avec le préfet de

Les ombres de Montelupo, Valerio Varesi

Une enquête du commissaire Soneri.  - Happening ? - Non, juste Apennins ! C'est l'automne bien tassé. Le commissaire prend quelques jours de vacances dans son village natal. Un besoin urgent de décompresser... SEUL !    Mais ce retour aux sources a un petit goût amer pour Soneri. Les amitiés se sont refroidies et les complicités de l'enfance se sont évaporées. Même les champignons se font rares dans la brume.  L'otium bat de l'aile lorsque, des coups de feux se font entendre dans la montagne.  Braconniers ? Trafiquants ? Passeurs ? Partisans qui n'auraient pas été informés de la fin des festivités...  et que,  sur la place du village, on s'inquiète de  commente activement la disparition du gros bonnet du coin,  bizenesseman accompli, pourvoyeur de travail, voleur,  prêteur, bienfaiteur, etc. et que,  lors d'une de ses virées  champignonesques S oneri, trébuche sur un corps. Sollicité par la maréchaussée