Accéder au contenu principal

Articles

Les cages flottantes, Gaston Leroux

Articles récents

Of course, Franz Bartelt, Editions de l'arbre vengeur

  La mise en bouche se déguste  là . Pas d'hésitation possible. Le texte est court, calibré à souhait. Les personnages recrutés sont hauts en couleur. Un rien joueurs facétieux. Le biographe surtout.  La maréchaussée réquisitionnée est dirigée aux ronflements du patron qui bat régulièrement la campagne. On suit le cheminement d'un enquêteur amateur qui bat, lui, le béton et la campagne aussi.  On rencontre une mère éplorée, et une autre apeurée. Les fils sont toujours aimants.  Les bistrots ont de beaux jours. Les amateurs de jeux de société sont servis. Humour, cynisme et ironie. La peinture joyeuse d'une société qui ne l'est pas moins.     

Condé, Jérémy Bouquin, Noire Soeur, Ska Editions

  Dans cette novella, le passeur nous présente D amien, dit Condé, enquêteur de son état, qui malgré la connerie le carnage ambiant, arrive à maintenir sa réputation de bon flic. Ses cavalcades dans les tranchées et sur les talus, à la recherche du déserteur, l’ont défiguré et broyé à vie. Refait de bric et de broc, il inspire à la fois crainte, compassion et pour les plus fragiles, nausée. Son cerveau affûté à la meule, et ses mâchoires huilées à la graisse de poulet, il résout, aux quatre coins de la France, des affaires de la plus haute importance pour la sécurité du bidasse, du chef d’entreprise, de l’Etat et du citoyen en général. Condé a de l’audace, est coriace, efficace, peu loquace, perspicace, pugnace, tenace, vorace et, pour résumer, fait toujours le job qu’on lui demande. Ni plus ni moins. Même si on sent bien que parfois il y a de la gêne. Une satisfaction pour ses supérieurs. Le passeur nous rapporte humblement (imho) quatre de ses enquêtes. Juteuses à souhait. Des faits

Pour tout bagage, Patrick Pécherot, La Noire, Gallimard

 Des remords en pagaille   Un meurtre a été commis sur la personne d'Edmond Vuillat. Une boulette apparemment. Mais va savoir... Avec ce fichu Destin. "Une fois pour toute, j'ai décidé de m'en foutre" Plongée dans le passé du narrateur...  qui n'est pas le passeur.  Qu'on se le dise.  Après bien des années d'enfouissement, un album de photographies d'époque est feuilleté. Toutes craquelées par la gerçure des ans. Des souvenirs surgissent à la volée. Aux quatre coins des pages. Commentaires à l'appui. On remonte le temps. Années 60/70. Jeunesse, musique, cinéma, roman noir. Joe Hill, les Wobbies, Kerouac, Ferlinghetti, Léo, Bob sont cités... Charles d'Avray, et Romain Bouteille sont également dans l'album.  On s'embourgeoise s'encanaille en fumant des gauloises, des P4 et des Boyard maïs.  On roule en Ciao (confirmation de l' embourgeoisement encanaillement), on cacochyme, on chante à tue-tête des chants de révolte. Des pho

Mister Flow, Gaston Leroux, Le livre de Poche

- Banco ! - T'es sûr Blvd ?  - Certain !!! Antonin Rose est un jeune avocat. Peu considéré dans la profession, il rêve d’affaires extraordinaires, de gloire et plus... Si affinité bien sûr !  Dans un Paris maussade, il se consacre, à son grand désespoir, aux dossiers mineurs (vols, insultes, bagarres, etc.), jusqu’au jour où il rencontre Durin, un valet zélé qui s’est fait épinglé par son patron… pour une épingle. Antonin s'y colle en trainant les pieds. Facile, mais peu rémunérateur. Bas les masques, Durin ! On t’a reconnu. Durin, c’est Douglas, Doug, Mr Prim, plus connu sous le blaze de Mister Flow, l’homme aux cent visages. Rose aurait pu encore feinter. Décliner l'offre alléchante qui lui est proposée. Mais le piège se referme sur le Tonio. L'Argent a décidément de beaux et nobles arguments. Et hop, changement d’identité, mystification. Victor, le barbier fait des miracles. La grande vie est au bout du couloir. Direction Deauville et Paris-plage. Notre avocat brasse

Cent mètres de silence, Jim Thompson, Série Noire, Gallimard

Qui veut la peau de Joe Wilmot ? Joe Wilmot gère deux cinémas à Stoneville. Marié à Elisabeth, le couple a contracté (pour la forme) une assurance vie de 25 000 dollars au dernier des vivants. Pour la petite histoire, mais rien qui puisse avoir une relation quelconque avec quiqéquoiquecesoit, dans sa jeunesse, le Joe a fréquenté l'orphelinat et (par voie expresse) s'est retrouvé dans une maison de redressement. C'était vraiment pour dire.  Profilage : Wilmot est cynique, prétentieux, vindicatif, menteur, malhonnête, coureur, stupide, répugnant et écoeurant... Mais c'est une couverture bien sûr !   Ce qui est sûr, c'est qu'il n'aime pas les chats et affiche un poids de 90 kilos durant la lecture. Et ça, ça va peser dans la balance. Alors qu'il mène rondement ses petites affaires, un incendie redoutable se déclare dans un de ses cinémas et détruit tout sur son passage. Un grand classique. A cette époque. Joe est à genoux mais ne plie pas. Appleton, l'

Reprise