Accéder au contenu principal

Articles

Salt River, James Sallis

Articles récents

07.07.07, Antonio Manzini

  Rocco Schiavone, sous-préfet à Rome, enquête sur l'assassinat de deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années. Fait remarquable : les corps sont exsangues.  Le Rocco, déjà rencontré sur une piste de ski, malgré son air cool, genre, je roule en scout', je porte des clark(s), je fume le joint et verse ma petite larme quand ma femme se tire, est un type plutôt à prendre avec des pincettes quand il commence à s'énerver.  Politiquement correct, malgré son air bourru, il n'hésite pas à donner des coups de pieds dans la bouche. Une façon de s'affirmer. off  Attention expérimentation : activation de la suggestion de mots et push aléatoire. C'est le notebook qui décide. Géant ! ... Il estime que le point positif, c'est que la date du déménagement est repoussée à fin septembre et que je n'ai toujours pas reçu de réponse de la part de la mairie pour le moment...  Fin de l'expérimentation. A vrai dire : peu concluante dans le cas présent, mais qui pour

Vénus Privée, Giorgio Scerbanenco

  Un texte sombre des années 60, qui pose les bases du roman noir italien. Un texte qui sera revisité plus tard (2010) chez Rivages/Noir (lecture en projet). Dans le cas présent, la lecture a été faite à haute voix pour les besoins de la cause.  L'accent a été mis, sans forcer. Certains mots sont restés coincés dans la gorge,  Gras, sales, abscons, décalés, honteux, Mais,  Rien de tel, qu'une "bonne" douche froide, pour faire baisser la pression. Rien de tel, qu'une "bonne" société en mutation,  pour battre retraite, et se claquemurer, aux confins du mensonge. Rien de tel qu'une "mauvaise"  "bonne" société, tiraillée de toute part,  aux prises avec ses pulsions.  De l'alcool, de la rage, du sexe, du fric, du pouvoir, de la testo...  et bien d'autres encore.   et Rien de tel qu'un "bon" conflit de génération Pour que s'écroulent les petits châteaux et que puissent s'élever d'autres petits châteaux.

Indio, Cesare Battisti

  Lu PMTDT

Manger Bambi, Caroline de Mulder

                                     Chronique d'une  obso Adolescence Déprogrammée (AD). "Jamais on aurait pensé qu'ils auraient été capable d'une telle violence".  Pas dans le texte, juste une petite phrase, entendue ici et là ces derniers jours sur les ondes.  Triste. Bambi et sa clique jouent les pistoleros justicieros galerios désabuserios. Un remake des Billy the kick et Cie (imho) avec les mots d'ici et maintenant. Des filles à la manoeuvre. Un coup de fouet dans les gencives. Un texte cru, rud', dru, vlu, chlu. Une dérive sonnante et trébuchante. Du bleu dans le ciel...  loin... si loin. A classer.     

Ce lien entre nous, David Joyce

  Au tout début, la disparition est inquiétante mais tenable.  Mais nous on sait bien que ça va tourner vinaigre. Parce que : Darl Moody a fait la boulette du siècle. De son point de vue s'entend. Braconnier expérimenté, englué de nuit dans un champ de ginseng, au prix d'une lutte acharnée contre des pièges et des hameçons disposés savamment à hauteur d'yeux, il finit par confondre sanglier et humain (positionné à quatre pattes).  Le problème, c'est que l'humain en question est était le frère de Dwayne.  Et Dwayne... quand son frangin s'éloigne un peu trop, ça le met dans un état de nerfs que s'en est émouvant. Tout ça pour dire que lorsqu'une info de ce type circule dans son cerveau, il ne vaut mieux pas traîner dans les parages.  La chasse étant ouverte, officieusement, Darl tombe vite dans les filets du prédateur. L'interrogatoire se déroule dans les règles de l'art, et, sans même attendre que le coq chante au moins une fois, il balance tout

Les Dynamiteurs, Benjamin Whitmer

- Avec ou sans filtre ? - Sang ! Grosses déflagrations dans les quartiers de Denver. A la toute fin du XIXe, la ville est à son apogée (?) et entame sa descente tout schuss. Comme de coutume dans ces moments-là, la division de la société est à son paroxysme. Ca sent la dégringolade à plein nez. Donc il y a ceux qui vivent sur terre.  Et les autres...   Les déplacements sont (encore) autorisés. On a prévu une échelle à portée de main. Elle est robuste, bien calibrée, mais un peu lourde à manipuler et surtout, très étroite. Alors, quand tout ce petit monde se croise, forcément ça fait des étincelles. C'est comme qui dirait,    pot de chairs contre  pot d'balles. En bas (ou tout en haut) de l'échelle, il y a (soeur) Cora et ses petits. Elle mène sa troupe avec une poigne de Sainte.    Son job :    1) l'accueil d'enfants qui errent dans la cité et fouillent dans les poubelles pour se restaurer,  2) la défense du couchage de fortune proposé dans l'Usine, contre les e