Accéder au contenu principal

Doucement les basses, Jacques Ouvard

Doucement les basses !
Jacques Ouvard
Date édition : 1963
Début de lecture : officiellement le 28/10

Oui je sais, c’est ma période des 50 ans en arrière.


Ca se passe en Savoie, vers Beaufort, Alberville... Une région paraît-il où, les « morts d’hiver », dans l’ancien temps, devaient patienter jusqu’au printemps pour intégrer leur demeure finale (fort heureusement, aujourd’hui, la cendrisation propose des alternatives avec ses nouvelles techniques de conditionnement ). Une région, où l’on veille toujours les morts avec une bouteille et une tomme.

Que dire de ce dossier : vacances pourries à la Commanderie ! Plutôt ambiance scouts, jeux de piste, parcours fléché, sapin, épicéas, bouquetins, sangliers… Le Poiraz (un scout)  nous fait la dépression du début de vacances. Un érudit cite Dante dans le texte. Une belle mise en bouche avec Platon. Et le pompon, c’est quand même le cadavre dans le four à pain. Remarquez vaut mieux ça ! Dans ces ambiances feutrées, nous aurions pu craindre des comportements... 

L’équipe d’encadrement :
Palpin, le dirlo de la pension
Boileau, le curé
Barbot, le copain riche du curé
Monsieur Pierre (un pneu d’Sodim), stoïcien, politicien, socialiste, et pour couronner le tout, joue le rôle du mort (non, le Môssieur n’est pas bridgeur !).
Un militaire en perm’ qui fait des niches
Et le gros de la troupe, des mômes, des adultes… en veux-tu ? En voilà ! Et pas une seule jambe de bois .
Des margottons de collège (?).

Du vocabulaire de seigneur. On parle à mots couverts de sarment, de fascines alumnistes, de fouffe de poils gris (p.24), d'antithétique..

On référence amplement : Epitomés, De Viris, Pro milone, Odes d’Horace, Lactance, Saint Augustin, Monselet, le trésor de Golconde, et d'autres.

On propose des techniques joyeuses : le coup du pompier, l’absolution sous conditions

On mange et et on boit solide et liquide : coup de clairon sur le jovelot d’Apremont, le barrot à l’honneur et la poussette du chauffeur. Le petit vin blanc de Myans, le beaujolais, et la fraise au melon…

Analyse poussée de la forme des pouces. L’assassin du moment les a spatulés.

L’auteur fait passer des messages en faisant parler un curé. Homme de bien et de raison ! 

Nous apprenons que surdité et p’tite monnaie sont étroitement liées.

Finalement, si on veut bien résumer, nous vivons au cœur de l’enquête sur l’assassinat d’un politicien, de gauche, dans une Commanderie sise en Savoie, qui émeut on ne peut, la populace locale. L’enquête va bon train. Le flic de service boucle l’affaire en deux temps trois mouvements. Mais c’est sans compter sur le père Boileau, ex flic reconverti dans les ordres… ??? … (oui, serviteur  2D.) Du coup, tous les résidents, y vont de leur petite confession et se déclarent coupables. Ca a un nom ça… le syndrôme de… du… O.P.M. je ne sais plus.

Une enquête calibrée, mijotée aux petits oignons lardons, dans son jus d’Apremont.
Les anciens à la rescousse. Il y a des pertes, mais pas trop.
Une histoire de tombola. De la malversation vénale. On s’embrouille avec les Francs 1963. On jongle avec les millions.

En cas de réédition (peu probable) une 2ème coquille p.186 l.18. Pas de dégâts. En revanche, la fouffe du début aurait pu avoir des conséquences dramatiques (type abandon de lecture prématurée).

Posts les plus consultés de ce blog

Dossier Clos : l'affaire Arsène Lupin

Nom : Lupin   Prénom : Arsène Raoul Année naissance : 1905  (pour l'état civil, les pointilleux et ceux que ça intéresse... : 1874)                         Décès : 1941 Lieu de naissance : Blois Sexe : masculin                         Géniteur : Maurice Leblanc Nationalité : Français Etudes : classiques Latin-Grec, médecine Profession : dermatologue, prestidigitateur et ... cambrioleur !  Devise : nd Situation familiale : en mains Signes particuliers  : Arsène Raoul  Lupin est né en 1874 à Blois  d'un père  escroc, professeur  de boxe d'escrime et de  gymnastique et d'une mère de la noblesse.  Dès l'âge de six ans il dérobe un collier ayant appartenu  à la du Barry, vol non élucidé.  Après des études classiques : Latin-Grec, il se tourne vers la médecine  et la dermatologie.  Parallèlement il s'intéresse à la Prestidigitation.  A la mort prématurée de sa  première épouse Clarisse d'Etigues, il se lance dans la carrière  de cambr

Ce lien entre nous, David Joyce

  Au tout début, la disparition est inquiétante mais tenable.  Mais nous on sait bien que ça va tourner vinaigre. Parce que : Darl Moody a fait la boulette du siècle. De son point de vue s'entend. Braconnier expérimenté, englué de nuit dans un champ de ginseng, au prix d'une lutte acharnée contre des pièges et des hameçons disposés savamment à hauteur d'yeux, il finit par confondre sanglier et humain (positionné à quatre pattes).  Le problème, c'est que l'humain en question est était le frère de Dwayne.  Et Dwayne... quand son frangin s'éloigne un peu trop, ça le met dans un état de nerfs que s'en est émouvant. Tout ça pour dire que lorsqu'une info de ce type circule dans son cerveau, il ne vaut mieux pas traîner dans les parages.  La chasse étant ouverte, officieusement, Darl tombe vite dans les filets du prédateur. L'interrogatoire se déroule dans les règles de l'art, et, sans même attendre que le coq chante au moins une fois, il balance tout

Bois mort, James Sallis

"Les instruments sont faits pour qu'on en joue. Tout comme les vies pour être vécues." - Bien dit, bl∆d ! - Ouais ben, alors là, moi j'ai rien dit sur ce coup-là !  Faudrait pas tout me mettre sur le dos. le fauteur  c'est Turne u r  . / La troisième lecture est réalisée à voix haute, pour bien ressentir le goût de chacun des mots proposés dans le texte ( le .mp3 est disponible mais non diffusé ). Une urgence. Le dossier est sérieux. Dans le sens, à ne pas prendre à la légère. Une écriture à plusieurs branches. Beaucoup de mortes. Mais quelques vives encore. On se raccroche où l'on peut... et surtout comme on peut. Parce que ça ne se voit pas comme ça, mais dans les tuyaux internes de John Turner, il y a un fichu bazar. Et on comprend vite que l'"agence de voyages" qui l'accompagne n'a pas investi ces dernières années dans la sécurité de ses passagers. C'est flagrant ! Que dire penser de tout cela alors ? Que les in