Accéder au contenu principal

Les jardins d'Eden, Pierre Pelot

- Des gens sous les radars de la société. 

- Ah bon ! Encore des qui veulent pas se faire... vacciner ?

- Non, moins grave quand même !

"Août au loin. Il arrivait toujours un moment où ça devenait trop long, où l'emmerderie menaçait. Ce n'était pourtant pas de l'ennui, pas réellement, c'était comme si les jours s'étiraient trop et n'en finissait pas d'aller toucher le bord du soir, en bout de course".

Donc, on est bien dans une ambiance camping.

Ca va être difficile de parler de ce texte sans divulgÂcher, vu que tout s'embrouille dès le début et qu'à la fin c'est pas mieux. Et qu'au milieu, c'est pire. Du grand art.  

Tu touches plus à rien Blvd, on est sur une scène déprime.

Jip revient de loin. Un gros soucis de santé l'a éloigné de son univers familier et familial. Un léger problème d'inaccoutumance à l'alcool. Mais pas que… Son corps depuis un moment fait un rejet systématique de tout. 

Qu'à cela ne tienne, ressuscité d'entre les malades, on peut dire maintenant que Jip is back. Et cerise sur le gâteau, il joue ce soir à domicile, et en couple. Que du bonheur.

Jip, Jean-Pierre Sand, c'est un journaliste, un peu fouille-crasse, en galère misère, qui se souvient lors de sa résurrection :

1) d'avoir une fille, surnommée Na, qui elle-même, tout récemment, est passée sous les radars (de la société) et par la même occasion a fortuitement disparu. 

2) qu'il y a un sérieux contentieux avec la clique de Charapak et des gens du camping

3) Qu'il y a trop de questions, et que ce serait pas de veine franchement, s'il n'y avait pas la moindre petite réponse.

On réallume la chaudière. Attention décollage. Va y avoir du grabuge au camping

Disparition conséquente et enquête brainstorming. Réouverture de dossiers sensibles, non clos.  

Pas que un problème fère pille. Un truc beaucoup plus profond.

Du lourd.

Haine, comptes à régler avec la communauté.

Des copains toujours là pour enfoncer le clou.

Migraines et vertiges à toute occasion.

Une grosse chute libre.

Une agonisante qui balance.

Des trous du … tout tordus

Des nœud mouillés à dénouer

Un glock tenu à bout de bras

La vie. Enfin pour ce qu'il en reste. 

La plume du passeur est encrée au jus noir des fleurs du camping les jardins d'Eden. Paradoxalement ça donne un effet de ciel aux bleus. La langue glisse sur des petites bulles de mousse aigre-douces, coincées dans le fond de la gorge.

Sûr qu'on en a pour une bonne année à digérer tout ce méli-mélo. 

Une deuxième lecture s'impose avant classement bien au chaud à portée de main.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bois mort, James Sallis

"Les instruments sont faits pour qu'on en joue. Tout comme les vies pour être vécues." - Bien dit, bl∆d ! - Ouais ben, alors là, moi j'ai rien dit sur ce coup-là !  Faudrait pas tout me mettre sur le dos. le fauteur  c'est Turne u r  . / La troisième lecture est réalisée à voix haute, pour bien ressentir le goût de chacun des mots proposés dans le texte ( le .mp3 est disponible mais non diffusé ). Une urgence. Le dossier est sérieux. Dans le sens, à ne pas prendre à la légère. Une écriture à plusieurs branches. Beaucoup de mortes. Mais quelques vives encore. On se raccroche où l'on peut... et surtout comme on peut. Parce que ça ne se voit pas comme ça, mais dans les tuyaux internes de John Turner, il y a un fichu bazar. Et on comprend vite que l'"agence de voyages" qui l'accompagne n'a pas investi ces dernières années dans la sécurité de ses passagers. C'est flagrant ! Que dire penser de tout cela alors ? Que les in

Dossier clos : l'affaire Max le menteur

BIBLIOGRAPHIE de Max Le menteur Personnage créé en 1953 par Albert SIMONIN – Français – (1905-1980) Max le menteur est un truand vieillissant évoluant dans le milieu parisien des gangsters des années cinquante. Son secteur d'activité se situe dans le triangle : place Clichy, Notre-Dame de Lorette, place Pigalle et Montmartre. Question langage ça cause argot de l'époque. Max est né dans le quartier des Buttes Chaumont à Paris. C'est un célibataire endurci, avec d'importante conquêtes féminines à son actif. Il habite Neuilly dans un beau quatre pièces. Aime les costards chics et surtout sa voiture, une vedette huit cylindres. Fidèle en amitié entre truands, Pas méchant mais (il ne) faut pas le chatouiller, car il riposte. Ca va du coup de poing au P38. Max adore son ami le gros Pierrot qui a pour régulière la Marinette. On croque à « La cascade » avec des gisquettes à la pelle. De temps en temps on avale un crouton chez la mère Bouche, une vieille respecta

Ce lien entre nous, David Joyce

  Au tout début, la disparition est inquiétante mais tenable.  Mais nous on sait bien que ça va tourner vinaigre. Parce que : Darl Moody a fait la boulette du siècle. De son point de vue s'entend. Braconnier expérimenté, englué de nuit dans un champ de ginseng, au prix d'une lutte acharnée contre des pièges et des hameçons disposés savamment à hauteur d'yeux, il finit par confondre sanglier et humain (positionné à quatre pattes).  Le problème, c'est que l'humain en question est était le frère de Dwayne.  Et Dwayne... quand son frangin s'éloigne un peu trop, ça le met dans un état de nerfs que s'en est émouvant. Tout ça pour dire que lorsqu'une info de ce type circule dans son cerveau, il ne vaut mieux pas traîner dans les parages.  La chasse étant ouverte, officieusement, Darl tombe vite dans les filets du prédateur. L'interrogatoire se déroule dans les règles de l'art, et, sans même attendre que le coq chante au moins une fois, il balance tout